Mon oncle, Le sans emploi

MON ONCLE PEPE a escaladé les collines de la Sierra Maestra en tant rebelle, sans s’être rasé pour la première fois. Il a été dit qu’il avait un don ou était clairvoyant et savait ou (comme le reste de ma famille pense) quand il faut se lancer avec les futurs vainqueurs. En tout cas, il l’a fait pour sa conscience, rêvant d’une révolution.

En descendant de la montagne en Janvier de 59, il a avait avec lui une barbe noire et épaisse, plusieurs colliers Santajuanas, et une mitraillette Thompson sur ses épaules qui arboraient le grade de capitaine. Il appartenait au groupe du commandant Camilo Cienfuegos, qui, des mois plus tard, à bord de son petit avion t s’écraserait dans la mer. Et étrangement  par après ses officiers ont été libérés; en quelque sorte eux aussi, descendirent avec lui.  » Mon unique commandant » mon oncle répétait, et pendant cinquante ans il a maintenu cet acte d’insubordination silencieux par fidélité à son chef défunt.

Depuis ce temps, mon oncle a appris à attendre, comme le proverbe arabe: il s’est assis à la porte de sa demeure pour regarder les triomphes, pour lesquels il avait tant sacrifié, passer. Continuant à aider « le processus » (parce que ce n’avait rien à voir avec ses intérêts personnels) il était sûr que les changements politiques ont été dans l’intérêt du peuple.

La barbe de mon oncle est devenu grise et plus tard clairsemée, ses dents ont disparu, et la scoliose l’empêche de poursuivre sa longue attente. Il parlait à peine. Il avait cessé d’assister aux réunions des anciens combattants. Il ya quelques mois, nous l’avons trouvé en train pleurer, remplit de honte; il nous a dit qu’il ne pouvait pas comprendre comment nous allions bientôt compter cinquante ans de «victoire» et que les gens son dans un pire état.

Enfin, nous avons enterré mon oncle Pepe sans honneurs militaires. Ils ont nié a ses filles un drapeau pour placer sur son cercueil ou le droit d’afficher ses médailles bien méritées, car le chef de la Casa de los Combatientes, l’association des anciens combattants, a déclaré que en mettant une corde autour de son cou, il s’était rendu et qu’il n’était plus un digne fils de la patrie.

About these ads

Une réponse à “Mon oncle, Le sans emploi

  1. Pingback: Tweets that mention Mon oncle, Le sans emploi « Les enfants dont personne ne voulait -- Topsy.com

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s